Avec sa société Piccoli Frutti, Nicolò Paganini, père de trois enfants, cultive des myrtilles, des mûres, des framboises et des fraises dans ces montagnes. En voyant ces pentes raides, je me dis qu’il y a sûrement moyen de pratiquer cette activité à des endroits plus faciles d’accès. En raison de la configuration du terrain, Nicolò cultive ses baies sur 60 petites parcelles réparties dans la montagne. Sa famille vit au village dans une vieille maison de pierre, qui sert aussi d’atelier de production. Le moindre bout de terrain sert à cultiver des baies, y compris le jardin familial et même ceux des voisins! Nicolò n’a jamais cédé au découragement, et le succès a toujours été au rendez-vous.

Après avoir décroché sa maturité professionnelle à Zurich, Nicolò a commencé par travailler comme négociant en fruits et légumes chez Engros. Il a vite compris que le commerce n’était pas son truc. Par contre, les fruits et les légumes l’intéressaient beaucoup. À l’époque, son père exploitait des vergers. Le fils est donc rapidement passé du négoce à la production. Mais l’innovant jeune homme ne se voit pas d’avenir dans les pommes et les poires. Il décide alors de se consacrer entièrement aux baies. 

Montagnes
Nicolò Paganini cultive ses baies tout en haut de ces montagnes.
Myrtilles
La myrtille donne le meilleur d’elle-même lorsqu’elle est cueillie à maturité.
Chaque année, le cycle des baies m’émerveille à nouveau.

Nicolò Paganini

Il ne l’a jamais regretté: chaque année, le cycle des baies l’émerveille à nouveau. En avril, tout est calme quand, soudain, les branches, les fleurs et les baies se mettent à jaillir du sol. C’est à ces moments-là qu’il est le plus heureux. Il emmène alors ses enfants se promener dans les parcelles, le dimanche, au plus près de la nature et de ses produits.

Nicolò Paganini portrait
Nicolò Paganini est passionné par son métier.

Aujourd’hui, Nicolò emploie cinq personnes, sans compter la quarantaine de cueilleuses de la région qui viennent aider à la récolte en saison. Des femmes (étudiantes, femmes au foyer...) car ces fruits fragiles requièrent une grande délicatesse, dont les hommes, avec leurs grosses mains, sont incapables. Ne parlons même pas des cueilleuses mécaniques! Nicolò est bien décidé à ne jamais y recourir. Et je le comprends. Lorsqu’un produit a été préparé avec amour et cueilli à la main, cela se sent. Ma crème noix de cajou-vanille-cannelle-datte sur coulis de framboise confectionné avec la confiture de Nicolò, sans adjonction d’arômes ni de colorants, est particulièrement savoureuse. Bon appétit!

Nadia Damaso et cueilleuses
Nadia en pleine conversation avec les cueilleuses.

Recettes correspondantes

Tutoriels correspondants

Histoires correspondantes

Nadia Damaso – Eat better not less
Nadia Damaso – Eat better not less
«Eat better not less»! Parce que manger de bonnes choses rend heureux

0 commentaires

Commentaire que:
Vous écrivez pour la première fois commenté FOOBY. Sélectionnez une fois un surnom.

Votre commentaire a été enregistré et sera publié sous peu.

Connectez-vous s’il vous plaît.

Connectez-vous à FOOBY avec votre identifiant Supercard pour pouvoir profiter de toutes les fonctionnalités et avantages du site.

Sélectionnez les livres de cuisine:

Ce livre de cuisine existe déjà.

Supprimer ce contenu définitivement?

Êtes-vous sûr que vous voulez supprimer ce contenu de tous vos livres de cuisine?

Enregistré!